SonderKommando: dans l'enfer des chambres a gaz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SonderKommando: dans l'enfer des chambres a gaz.

Message  Dgn le Dim 29 Jan - 11:54

Bonjours,
je voulais vous presentez un livre de 264pages qu'un collegue de boulot ma preté, je l'ai devorer ce weekend.
N'etant pas tres doué pour les presentations je " copier/coller" un commentaire d'un lecteur (source: Amazon) presentant ce livre.




Il s'agit dans cet exceptionnel ouvrage, de l'interview de Shlomo Venezia, en 2006, par Béatrice Prasquier.
Il nous raconte d'abord, qu'issu d'une famille modeste, il a grandi grâce à la "débrouille", avant d'être déporté en wagon à bestiaux en tant que Juif, dans les camps de concentration de Auschwitz-Birkeneau, le 11 avril 1944 à l'âge de 21 ans.

Shlomo Venezia est l'un des rares survivants des membres des Sonderkommandos (équipes spéciales). Son témoignage est donc d'autant plus essentiel pour la transmission de notre Mémoire Universelle.
Les SS avaient constitué ces Sonderkommandos (essentiellement composés de Juifs) dans l'UNIQUE objectif d'exercer l'horrible "travail" obligatoire, consistant à :
- Faire se déshabiller les déportés ;
- Ensuite, à les faire entrer dans les Chambres à gaz ;
- Puis une fois gazés, à sortir les corps des Chambres à gaz en les traînant jusque dans les fours crématoires !

Tragiquement, quelques temps plus tard, ces membres des Sonderkommandos étaient contraints de suivre leurs "compatriotes" dans ce même processus d'extermination "industriel à la chaîne" et ininterrompu, vers l'"enfer".
En effet, ces victimes formant les équipes de Sonderkommandos étaient assassinées à double titres : d'une part, "évidemment" parce qu'elles étaient Juives et d'autre part, car elles étaient des témoins directs de ces atrocités Nazies, donc à éliminer !

Un témoignage poignant sur l'obligation d'accomplir des actes déshumanisants dans des conditions immondes, extrêmes et de devoir obéir pour conserver le "droit" de survivre.
Dans ces terribles situations, le choix et la réflexion individuels sont totalement annihilés, interdits.
Le seul "choix" imposé par les Nazis qui existe encore est : obéir ou être exécuté sur le champ !
La limite ultime à ce "non-choix" est de devoir nuire à la vie d'autrui.
Shlomo Venezia ne voyait que des horreurs dans son "travail" quotidien, mais malgré tout, il n'a pas été confronté à faire face, en plus, à ce terrifiant "non-choix" absolu.

Le 7 octobre 1944, les Sonderkommandos essayent de se révolter, mais cette tentative échoue et presque tous, sont exterminés, soit : 452 innocents de plus...
Par chance, Shlomo Venezia fait partie des rares rescapés.

Il a terminé son tragique parcours en déportation dans les camps de : Mauthausen, Melk et Ebensee, avant d'être enfin libéré par les Américains, le 6 mai 1945.

Un livre dense en faits abominables révélés par Shlomo Venezia, sur le fonctionnement des camps et notamment sur celui d'Auschwitz-Birkenau.

Cet ouvrage est complété par une touchante préface de Simone Veil, des dessins de David Olère (lui-même, un autre des rares survivants des Sonderkommandos) sur l'innommable "travail" forcé des Sonderkommandos, des photos des camps, des schémas, des explications détaillées sur la configuration des camps d'Auschwitz-Birkenau ; également, un très intéressant résumé de l'historien Marcello Pezzetti spécialiste d'Auschwitz, à propos du déroulement historique qui a conduit à la Shoah, ainsi qu'un récapitulatif de l'historien Umberto Gentiloni concernant l'histoire du Nazisme et du Fascisme en Italie et en Grèce (pays d'origines de Shlomo Venezia).


Je vous invites aussi a regarder les images d'un autre rare survivant qui est un grand dessinateur : David Olere.
http://www.google.fr/search?hl=fr&cp=21&gs_id=1r&xhr=t&q=sonderkommando+dans+l'enfer+des+chambres+%C3%A0+gaz&gs_sm=&gs_upl=&biw=1600&bih=698&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.,cf.osb&wrapid=tlif132783790869910&um=1&ie=UTF-8&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=0TIlT6rSJYmr0QX_2qzOCg#um=1&hl=fr&tbm=isch&sa=1&q=david+olere&oq=david+olere&aq=f&aqi=g2g-S1&aql=&gs_sm=e&gs_upl=20638l22042l0l22214l11l9l0l0l0l0l203l1373l1.6.2l9l0&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.,cf.osb&fp=8c4d9ed077e2f968&biw=1600&bih=698

_________________
Quelques tonneaux, bien lents, fignolés, amoureux ... pour que je puisses emporter dans mes doigts la vibration de ses ailes obeissantes et souples.
Et j'ai pleurer dans son cockpit étroit comme jamais plus je ne pleurerais quand j'ai senti le ciment de la piste effleurer ses roues, et que d'un grand geste de poignet, je l'ai assis au sol comme une fleur que l'on coupe...
Comme toujours, j'ai soigneusement degorgé son moteur, j'ai retiré un a un tous les contacts, eteint les voyants... enlevé les bretelles, les fils, les tuyaux qui me rattachait a lui comme un enfant a sa mere.

avatar
Dgn
Membre de l'Association Mayenne-WW2

Nombre de messages : 1894
Age : 29
Date d'inscription : 24/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum