Bande (commune de Nassogne)Belgique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  David le Sam 9 Oct - 17:55

Mémorial avec la liste des 34 civils abattu d'une balle dans la nuque la veille de Noel 44le plus jeune avait a peine 17 ans ,une patrouille de SAS Belges les ont retrouvé gelé dans une cave d'une maison en ruine
avatar
David

Nombre de messages : 1810
Age : 46
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://colonelwinters.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  Vini le Mer 13 Oct - 18:56


Bonsoir,

Ce monument fait froid dans le dos avec les photos des victimes. La barbarie nazie n'avait pas de frontière. Merci de nous faire partager l'histoire de ton pays David.

Cordialement,

Vini

_________________
Administrateur forum MAYENNE-WW2
Président de l'Association MAYENNE-WW2
Membre de l'association "Les Fleurs de la Mémoire"
Membre de la 90th Infantry Division Association
Membre de la P-38 National Association
Membre du CVMO

Home of the P-38 Lightning


"Ecrire liberté sur le bord d'une plage, c'est déjà avoir la liberté de l'écrire. Même si la mer efface ce mot : la liberté demeure." Jean-Michel Whyl
avatar
Vini
Président de l'Association Mayenne-WW2

Nombre de messages : 5140
Age : 34
Localisation : MAYENNE (53)
Date d'inscription : 25/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://mayenne-ww2.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  David le Mer 13 Oct - 18:57

Et encore tu n est pas rentré dans la cave ou sa eu lieu
avatar
David

Nombre de messages : 1810
Age : 46
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://colonelwinters.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  Huche53 le Mer 13 Oct - 19:04

Vini a écrit:Ce monument fait froid dans le dos avec les photos des victimes. Vini

D'acc ! Ca me fait penser à la carrière des fusillés de Chateaubriant... Très émouvant également !
avatar
Huche53
Membre de l'Association Mayenne-WW2

Nombre de messages : 810
Age : 38
Localisation : Quimper
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://detect53.forumactif.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  Invité le Jeu 14 Oct - 10:36

Vraiment émouvant.
Ils ont été abattu, car ils ont aidé des résistants?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

re:Bande

Message  David le Jeu 14 Oct - 16:46

Le massacre de Bande

Léon Praile






Bande se présente comme Marcour. Le village remonte un versant de la vallée; la chaussée de Marche à Bastogne court dans le fond, le long de la Wamme, avant de pénétrer dans les bois. Pareil endroit se prête parfaitement aux opérations des partisans : au cours de l'été 1944, deux scieries y ont été sabotées ainsi que la ligne du vicinal. Comme les Allemands y ont installé un camps de « noirs » flamands, ces miliciens exécrés, on en mitraille un groupe qui convoie un transport de bois et l'un d'eux est tué. Dans les premiers jours de septembre, un camp de l'Armée Secrète vient s'installer à son tour au-dessus du village.
Le 4, les embuscades commencent. Le 6, trois Allemands sont tués à proximité du village. Cette région se révèle vraiment peu commode. Aussi, les Allemands se fâchent-ils tout de bon : le même 6 septembre, revenant en force, ils incendient toutes les maisons de Bande qui bordent la grand-route.
« Vous partir, nous brûler » disent-ils aux habitants, en les forçant à sortir de chez eux sur le champ sans avoir la possibilité de rien emporter.
Trente cinq familles voient ainsi, sous leurs yeux, flamber leur demeure. Un seul homme est alors tué, en essayant de s'échapper par une issue de derrière.
Lorsque sans combats, les Allemands revinrent à Bande, le vendredi 22 décembre, les habitants eurent la surprise de retrouver parmi eux des éléments qui les avaient déjà « occupés ». Ceux qui furent cantonnés au village se comportèrent cependant correctement. Mais dans les ruines, sur la chaussée, un groupe s'installa à part. Le gros de la troupe ne fraternisait pas avec lui. C'est ce groupe qui, à peine arrivé, intime l'ordre aux habitants de livrer leurs drapeaux.
Quelques-uns s'exécutent, d'autres les enterrent.
Le dimanche, à l'heure de la grand-messe, les mêmes soldats remontent au village; ils ramassent tous les hommes de 17 à 32 ans qu'ils peuvent trouver en rue et dans les maisons? Où vont-ils ? « Au contrôle .»
On les emmène en effet vers le bas du village pour les rassembler, à l'angle de la chaussée, dans les vestiges de la scierie Rulkin-Tasiaux, brûlée en septembre. Combien sont-ils ? Environs 70; dans l'après-midi, d'autres hommes viendront les rejoindre, raflés dans le village voisin de Grune.
On se met à les interroger vers 13 heures. Il s'agit des embuscades du maquis; ce que les allemands cherchent avant tout, ce sont les « terroristes » dont le souvenir les hante. Ils paraissaient d'ailleurs bien renseignés, feuillettent des listes, nomment des dirigeants par leur sobriquet. Et comme, à leurs questions, certains se montrent peu empressés à répondre, on les y stimule à coups de bambou. Déjà les habitants avaient remarqué que, dans ce groupe, certains parlaient français vraiment trop bien pour des Allemands. On sut plus tard qu'il comprenait, entre autres, un Breton et un Niçois.
A l'interrogatoire, l'un des chefs se distingue en outre par un ton gouailleur et un accent nettement faubourien. Aurait-il été de Paris ?
Mais l'interrogatoire se prolonge et les familles s'inquiètent. Craignant un départ pour l'Allemagne, on apporte aux prisonniers des vivres, des vêtements. Dans l'entre-temps, sous les yeux des villageois, les Allemands font un feu de joie du monceau de drapeaux qu'on leur a remis. L'anxiété grandit, d'aucuns intercèdent pour leurs proches.
Ce n'est pas toujours peine perdue. Se souvenant qu'on est à la veille de Noël, les Allemands libèrent un tenancier de café en échange d'une vingtaine de bouteilles. Mais quand l'abbé Musty, professeur au petit séminaire de Bastogne, cherche à dégager un groupe de ses élèves, réfugiés avec lui à Bande, on le reçoit par ces mots :
« Was Kommt Der Pfaffe Hier Tun ? » Que vient-il faire ici ce curé ?
« Und Du, Schwartze Seele, Los, Aber Schnell . » Et toi, âme noire, va t'en et rapidement.

L'après-midi avance et voici le crépuscule. Les hommes ne sont toujours pas relâchés. Vers cinq heures, cependant, il apparaît que les décisions sont prises. On retient les plus jeunes au nombre de trente-trois. Dans un baraquement, derrière la scierie, ils se voient dépouillés de tout ce qu'ils portaient sur eux : bijoux, argent, objets de piété. Quant aux habitants qui s'étaient rapprochés des lieux, ils furent eux-même refoulés vers le haut du village, avec défense stricte d'en descendre. Tout passant est dès ce moment écarté de la chaussée. Personne ne peut voir ce qui va s'accomplir.
Les prisonniers sont alors rangés par trois et des soldats les mènent, les mains sur la tête, un peu plus loin sur la grand' route. Le groupe s'arrête devant une maison incendiée à l'enseigne du café de la poste, et s'y adosse. L'officier à l'accent parisien commande le détachement. Il pénètre dans la maison voisine, en ruines aussi, celle de M. Bertrand.
Cela fait, un feldwebel s'avance, met sa main sur l'épaule d'un homme et le conduit jusque dans le vestibule de cette maison. On entend un coup de feu. Le soldat reparaît seul. Du même geste, il se saisit d'un autre homme, et la scène recommence. Elle se répète tant et si bien que la terreur s'empare de ceux qui restent. Ils ont compris … L'un d'eux, un jeune costaud, réagit cependant. A voix basse, il engage ses compagnons à se redresser, à bousculer leurs gardes, à jouer le tout pour le tout. Hélas ! Ils sont glacés d'effroi. Quand vient son tour, le vingtième, Léon Praile se laisse emmener, lui aussi, mais à peine a-t-il fait quelques pas qu'il assène au gardien, en pleine figure, un coup qui l'assomme. S'élançant dans l'obscurité, il traverse la route, franchit la Wamme, se faufile derrière les haies, gagne le bois. On le pourchasse, on tire, mais sans l'atteindre. Il y aura un rescapé, il y aura aussi un témoin.

Personne à Bande, ne sut en cette lugubre veillée de Noël quelle effroyable tragédie venait de s'accomplir. Tout le monde croyait à une déportation, sauf le bourgmestre, bientôt averti en grand secret par Léon Praile, qui se terrait dans une grange.
C'est le 11 janvier seulement, lorsque Bande fut délivré par des parachutistes anglais, que le dénouement du drame put-être éclairci. Le rescapé, le bourgmestre et un officier allèrent explorer la maison Bertrand. Au fond de la cave, béante depuis septembre, gisaient trente quatre corps, dissimulés sous un amoncellement de planches à demi brûlées, que la neige avait elle-même recouvertes. On comprit alors ce qui s'était passé. L'officier allemand se tenait dans l'étroit passage d'entrée de la maison; chaque fois qu'une de ses victimes y était introduite, il lui appliquait le revolver sur la nuque et, le coup parti, il faisait basculer le corps dans le trou.
Trente quatre tués, dont neuf seulement de Bande. Les autres étaient des réfugiés des villages de l'est, jusqu'à Vielsalm et Gouvy. Trois avaient été amenés de Grune. Le jour de Noël, on avait vu deux civils escortés de soldats, traverser Bande, venant de Roy. On les retrouva aussi dans la fosse.
Sur une porte de grange, on déchiffra alors une inscription : « Vengeance aux héros fusillés par les terroristes en septembre ». Rache, la vengeance en Allemand est sacré dans le vocabulaire hitlérien. Vengeance avait été faite, mais avec le bandeau sur les yeux. Des trente-quatre victimes, un bon nombre n'avait trempé en rien dans les affaires du maquis. Qu'importait ce détail ? Ces innocents devaient payer pour les coupables. Suivant des témoins, l'officier bourreau aurait déclaré que des ordres directs d'Himmler imposaient de tuer trente Belges dans le village de Bande, en représailles de la mort des soldats allemands tués par ceux du maquis.
Les gens de cette unité s'appelaient eux-même une « compagnie spéciale d'Himmler » et aussi un « Standgericht », c'est à dire un tribunal de campagne.
Les années ont passé. La justice a-t-elle voulu que par la suite, ces bourreaux ont payé à leur tour les exactions qu'ils ont commises à Bande !

Témoignage de Léon Praile.

« Nous avons été arrêtés vers 11 heures, l'interrogatoire a duré jusque quatre-cinq heures. Ils voulaient savoir le nom de certains maquisards qui avaient tué des officiers allemands sur la route Marche-Bastogne en septembre. Les hommes qui nous interrogeaient faisaient partie d'une troupe spéciale, ils n'avaient rien à voir avec la Wehrmacht et les SS. Ils parlaient couramment le Français. Il y avait, semble-t-il un Suisse, des Français et des Belges. Vers cinq heures, ils ont groupé les plus jeunes et renvoyé les plus vieux. Ils nous ont enlevé tout ce que nous possédions, montres, cartes d'identités, papiers, etc. Cela devenait grave. On nous a alors transférés le long de la route, à l'extérieur. On nous a rangé sur trois rangs, les mains en l'air. Alors, ils ont commencé à tuer les prisonniers un par un. Un soldat conduisait le premier homme vers la cave. On entendait le coup de revolver. C'était toujours le même soldat qui conduisait vers la cave, il y en avait donc un autre qui tuait dans la maison. On entendait crier.
J'ai essayé au début d'exciter mes compagnons pour se sauver, pour provoquer une espèce de débandade, mais ils n'ont pas répondu. Ils étaient déjà plus morts que vifs, il n'y a pas eu de réaction.
J'étais le quinzième, je savais que j'allais faire quelque chose mais je ne savais pas encore quoi. Arrivé deux mètres avant l'entrée de la maison, j'ai frappé l'Allemand au visage. J'avais les mains en l'air, il m'a donc été facile de le frapper sur le nez. Il est tombé et j'ai commencé à courir le plus vite possible le long de la route.
J'ai aperçu deux officiers habillés en noir, ce qui m'a obligé de traverser la route. Là, j'ai sauté une barrière, et c'est à ce moment là que les Allemands ont tiré sur moi. Mais j'étais déjà dans les champs, j'étais pratiquement sauvé. J'étais alors déjà un peu plus calme, j'ai d'abord pensé traverser les lignes, j'ai essayé toute la nuit mais il y avait tellement d'Allemands dans tous les coins que j'ai dû rebrousser chemin vers le village. Le matin se levait quand je suis entré dans la maison de mon oncle où j'ai été me mettre au fenil, bien caché dans un coin. J'y suis resté jusqu'au 10 janvier, jusqu'au départ des Allemands. Le 11 janvier les Anglais arrivaient. Je leur ai signalé ce qui s'était passé et avec mon oncle qui était bourgmestre, nous avons découvert les 34 cadavres. »



Témoignage de Monseigneur Musty

« La plupart des élèves du Petit Séminaire de Bastogne sont partis le 18 décembre dans l'après-midi car il n'y avait plus de chauffage. Je me souviens que certains ont pris le dernier train qui partait pour Marche. Sont restés au séminaire les étudiants qui habitaient l'est du pays et les Luxembourgeois. On ne voulait pas les abandonner, ni les jeter dans la gueule du loup.
Mais le mercredi on a pris la décision de quitter la ville avec les derniers élèves qui restaient. On s'est réparti en trois groupes. Un groupe est allé se réfugier chez la Baronne Greindl, un autre chez les pères rédemptoristes au Beauplateau, et enfin le troisième est parti à pied vers l'intérieur du pays.
J'accompagnais ce groupe. Le premier soir nous avons logé à Baconfon, près de Tenneville. Toute la nuit on a entendu des coups de feu. Le lendemain matin, j'ai décidé de célébrer la messe à l'église de Tenneville. Mais en sortant pour aller vers l'église, je me suis retrouvé nez à nez avec un soldat américain qui semblait tout penaud ; il avait froid, il avait faim et il disait que les Allemands étaient à quelques centaines de mètres. Il avait perdu tous ses camarades.
Je me suis dit : il n'est pas question de rester ici. Nous avons donc repris immédiatement la route toujours vers l'intérieur du pays. Un peu plus tard on s'est arrêté à Bande; les gens nous invitaient à rester, disant qu'il n'y avait pas de danger. Les jeunes de Bande étaient prêt à partir avec leur bicyclette, ils attendaient. Nous sommes donc restés là tranquillement le jeudi après-midi. Le vendredi matin les garçons étaient encore assez fatigués. On a encore reporté notre départ. Mais dans l'après-midi, on a entendu des bruits de tanks qui passaient sur la route. C'était des tanks allemands. Le samedi matin, le village était occupé par l 'armée allemande.
La journée s'est passée calmement. Le dimanche matin, je célébrais la grand-messe, et au moment de sortir de l'église on est venu me dire qu'on arrêtait les jeunes dans le village. Les gens qui étaient dans l'église hésitaient à sortir. Certains voulaient se cacher dans le clocher. J'ai conseillé aux gens de rentrer chez eux. En début d'après-midi j'ai fait le tour des maisons où étaient les élèves de Bastogne. Il y en a deux que je n'ai pas retrouvés. Ils s'étaient mis en route pour assister à la messe. Ils ont probablement été arrêtés sur le chemin les conduisant vers l'église.
Deux autres étaient dans la maison de Mr Gouverneur avec le fils de la maison, André Gouverneur. Dans cette maison, les Allemands s'étaient présentés dans la matinée, ils avaient demandé s'il y avait des hommes. Madame Gouverneur leur avait répondu de façon évasive, en disant qu'il n'y avait personne à la maison. Je leur ai alors recommandé de ne pas bouger, en me disant : si on est venu ici, on ne reviendra pas. Un quart d'heure plus tard, j'ai vu passer sur la route mes deux élèves, plus André Gouverneur, avec un Allemand. Je ne pouvais pas les laisser comme ça et j'ai décidé de les accompagner, d'autant plus que je parlais allemand. J'ai expliqué au soldat qui nous étions, pourquoi nous étions à Bande et il m'a rassuré en me disant : « Mais oui, c'est normal, vous expliquerez tout ça. » Nous sommes arrivés sur la nationale 4, près des ruines de la maison où étaient enfermés ceux qui avaient été arrêtés dans la matinée.

Un officier allemand très dur, m'a alors demandé l'âge des jeunes gens. Je lui ai répondu : « 18 ans, 17 ans, le plus jeune, André Gouverneur, 16 ans ». Mais immédiatement il m'a mis le revolver sur la poitrine en me disant en allemand : « Toi, le corbeau noir, fiche le camp. » J'essayais d'expliquer un petit peu, mais il n'y a rien eu à faire. Je suis alors remonté au village, chez l'instituteur, et on a attendu, attendu. Le soir vers 7 heures ou 7 heures 30, un Allemand est venu chez l'instituteur. Il parlait parfaitement le français avec un accent qui n'avait rien de belge. « Ah ! C'est vous le curé. On aurait voulu avoir des bougies pour fêter la Noël. » Cher Monsieur, lui ais-je répondu, je suis réfugié ici et je n'en ai pas. « C'est dommage. » et il est reparti. Je suis convaincu que c'était un des soldats qui avait tué les jeunes gens et qui, mission accomplie, s'apprêtait à fêter la Noël. Alors, les journées se sont écoulées. On ne savait rien. On ne se doutait pas de ce qui s'était passé sur la Nationale 4. Tout ce que l'on craignait, c'était qu'ils aient été pris pour travailler pour l'armée allemande.
Le lendemain du nouvel an, des Allemands sont de nouveau passés dans les maisons, cherchant des hommes pour aller travailler sur les routes. On leur a dit de se munir de couvertures et de prendre du ravitaillement pour quarante-huit heures. Dans les caves, l'inquiétude augmentait, surtout quand les 48 heures ont été passées.
Le mari de madame Gustin avait été emmené par les Allemands et tout à coup, n'y tenant plus, elle m'a dit : « M. L'Abbé, croyez-vous qu'il leur est arrivé la même chose qu'à ceux qui ont été arrêtés le 24 ? » Je ne comprenais pas. « Je ne devrais pas vous le dire, mais je n'en peux plus, il faut que je vous le dise. Ceux qui ont été arrêtés le 24 ont tous été fusillés. » Je ne pouvais pas le croire.
Le temps passait, on entendait d'autres échos, on disait par exemple qu'ils avaient été vus travaillant sur des routes. On s'accrochait à tout ce qui pouvait donner un peu d'espoir. Le 11 janvier au soir, les Allemands ont quitté le village et le 12 au matin, les Anglais étaient là. Quand j'ai vu le premier Anglais, je n'ai pu m'empêcher d'aller lui dire que les Allemands avaient tué des jeunes gens. Quarante ans après, je vois encore toute la surprise dans le regard de cette homme. « Why ? » m'a-t-il demandé. Ce n'était pas possible, il ne comprenait pas que ça puisse arriver.
Nous sommes alors descendu vers la Nationale 4 avec Léon Praile et Pierre Hannart, l'étudiant qui était avec moi. Léon Praile nous a indiqué l'endroit; c'était une maison qui avait brûlé au mois de septembre, la cave était béante. On avait déposé un plancher en oblique sur la cave, et il avait neigé sur ce plancher.
Léon Praile a dit : « Ils sont là. » Les soldats anglais se sont laissés tomber dans la cave, ils ont soulevé le plancher et on a vu le tas de 34 cadavres qui étaient là depuis la veille de Noël. Ils étaient là dans le froid, blessés de tous côtés, gelés. C'était un spectacle atroce.

On est alors remonté au village pour le dire aux gens, aux parents. On a dit que ce massacre était une riposte à la mort d'officiers allemands abattus par la Résistance à Bande en septembre 44 lors de la retraite. En tout cas, je me souviens avoir vu inscrit, en allemand, sur un baraquement qui se trouvait à côté de la maison ou ont été abattus les jeunes gens : NOUS VOULONS LA VENGEANCE. Cette inscription était faite avec des boules de neige, et de ce fait, elle n'est pas restée très longtemps. Mais je l'ai lue de mes yeux.
Jusqu'au 18 janvier, jour des funérailles, j'ai passé presque toutes mes journées à recevoir des parents de victimes qui venaient reconnaître les corps. Et je me souviens d'un officier américain qui m'a dit :
« M. L'Abbé, je vais obliger tous mes soldats à passer devant ces 34 cadavres. Je veux qu'ils se rendent compte que c'est vrai. Cela va paraître dans la presse américaine, les gens vont hausser les épaules et dire que c'est de la propagande, qu'il n'est pas possible que pareille chose arrive.
Je veux qu'ils viennent voir que tout cela s'est bien passé. »

MERCI A HISTOQUIZ







avatar
David

Nombre de messages : 1810
Age : 46
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://colonelwinters.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  David le Jeu 14 Oct - 16:51

Salut PATTON50 ,si j ai bien compris oui ils etait résistants
avatar
David

Nombre de messages : 1810
Age : 46
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://colonelwinters.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  Invité le Lun 18 Oct - 10:11

Merci pour ce récit très émouvant david.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  soldiers53 le Lun 18 Oct - 10:56

Merci pour ce récit, il est vraiment horrible une fois de plus, on se demande comment il peut y avoir un survivant !

_________________
CDLT,
Soldiers53
Secrétaire de l'Association MAYENNE-WW2
Membre de l'association "Les Fleurs de la Mémoire"
[/img][img][/img]
Vive Mayenne ww2!!
avatar
soldiers53
Secrétaire de l'Association Mayenne-WW2

Nombre de messages : 2290
Age : 24
Localisation : En mayenne à Mayenne (53)
Date d'inscription : 19/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bande (commune de Nassogne)Belgique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum